Mentorat à distance

Mentorat à distance

Soutenir les jeunes, partout où l'Afev n'est pas

Le mentorat à distance s’est structuré au moment de la crise sanitaire en réponse aux risques de décrochage éducatif en période de confinement. Il répond aux mêmes objectifs que le mentorat en présentiel, via de nouvelles modalités opératoires. Le mentorat à distance, combiné à notre ancrage territorial (à partir duquel se déploie le mentorat présentiel) permet donc à l’Afev de s’adresser à l’ensemble des étudiant·es et des jeunes du territoire métropolitain et d’outre mer. 

Comment ça marche ?

Une ou un mentor étudiant (mobilisé, formé et suivi par l’Afev), habitant partout en France métropolitaine et outre-mer, voire en mobilité à l’étranger, accompagne un enfant ou un jeune (fin élémentaire/lycée). Elle ou il intervient 1 à 2 heures par semaine à distance, par téléphone ou ordinateur. La ou le jeune mentoré en fragilité scolaire et/ou sociale, a été identifié par un professionnel socio-éducatif (en majorité équipes éducatives, cités éducatives, etc.). 

Le rôle de l’Afev : les salarié·es de l’Afev mobilisent les étudiant·es via les établissements d'enseignement supérieur, les forme, les suit tout au long de l’année et organise régulièrement des échanges de pratiques. Ils et elles mettent également de nombreuses ressources pédagogiques à la disposition de chaque mentor, ainsi qu’un accès à notre plateforme REEC, permettant aux étudiant·es de valoriser leur engagement dans leur cursus universitaire.

mentorat à distance afev

Accompagner tous les jeunes qui le souhaitent

Les modalités du dispositif sont pensées pour que le manque d’équipement numérique des jeunes mentorés ne constitue pas un frein. Le mentor est formé pour créer du lien avec le jeune et la famille par ordinateur ou tablette. A défaut, le lien peut être envisagé via un un téléphone avec ou sans connexion internet.
 

  • 2 000

    jeunes accompagnés à distance

Ils soutiennent le Mentorat à distance

  • Margaux Pellet

    23 ans - mentor

    Je me suis sentie utile quand on a parlé des options de bac qu'elle devait choisir. Le lycée ne les a pas aidés du tout et elle ne savait pas quoi choisir ni comment s'informer. On a donc regardé ensemble sur internet les différentes options. On a pris une feuille et on a fait des colonnes avec les options communes et les différentes options pour qu'elle se rende mieux compte. Grâce à moi, elle a fait un choix plus réfléchi. Je lui ai aussi conseillé d'en parler avec ses profs. Sans moi, je pense qu’elle aurait choisi seulement en fonction de ses notes.