• AFEV
    26 BIS RUE CHÂTEAU LANDON
    75010 PARIS

  • facebook twitter dailymotion
  • presse
    • Nos actions

    • Volontaires en résidence

    Collège

    Dans les collèges, l’axe privilégié est le travail sur le climat scolaire et la mobilisation des jeunes sur des questions citoyennes.

    Le/la volontaire pourra intervenir sur :

      • Le montage, avec les collégiens, de projets de citoyenneté par le biais d’ateliers collaboratifs  sur des sujets d’utilité sociale (santé, citoyenneté, environnement, orientation, …). L’animation de la vie collégienne (animation du foyer, journal du collège, organisation de la fête du collège)
      • L’animation d’ateliers ou l’intervention individualisée autour de la remobilisation scolaire : appui au raccrochage scolaire, interventions dans le cadre de mesures de responsabilisation…
      • L’accueil des familles dans le collège en lien avec les lieux ou les dispositifs existants : appui aux associations de parents d’élèves, ateliers parents (sur les technologies de l’information, sur la compréhension des codes du collège…)
      • L’ouverture de l’établissement sur le quartier (lien avec les structures de quartier type centre social, médiathèque, réseau information jeunesse..)
      • La coordination des accompagnements individualisés mis en place dans l’établissement, avec un accompagnement spécifique des élèves de 4ème et 3ème sur la question de l’orientation
     

    Témoignage de Gregory, volontaire en résidence à Marseille

    « Sur le collège Rosa Parks, c’était vraiment intéressant de travailler avec tout le monde : il y avait vraiment un bel esprit. Ils ont tous été très accueillants. Mon expérience avec les enfants nouvellement arrivés a été très positive, c’était formateur d’observer et de s’adapter aux différentes cultures »

    Témoignage de Fazdia, volontaire en résidence à Marseille

    « Quand j’en parle, je suis vraiment fière d’avoir fait ça. J’ai animé un atelier avec les collégiens autour du théâtre. Aujourd’hui, Yahaya est maintenant beaucoup plus ouvert. Anzim a appris à se lâcher. Un vrai lien s’est créé. On a su trouver notre place auprès des équipes et on échangeait beaucoup entre nous. C’est vraiment des jeunes dont j’ai envie de savoir si ils vont réussir!»