• AFEV
    221 RUE LA FAYETTE
    75010 PARIS

  • facebook twitter instagram
  • presse
  • Non classé

    L’Afev se mobilise pour les réfugiés

    A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, l’Afev, actrice historique de l’accompagnement des enfants nouvellement arrivés, se mobilise pour les réfugiés !

    Lauréate de l’appel à projets « cohabitations solidaires », l’Afev est présente cet après-midi à l’évènement organisé par la DIAIR* et la DIHAL**au Ground control.

    L’accompagnement d’enfants nouvellement arrivés et leurs familles

    Depuis le début des années 2000, l’Afev s’est investie pour accueillir des enfants nouvellement arrivés. Les étudiants bénévoles de l’Afev s’engagent 2h par semaine en accompagnant les enfants, dans la découverte d’un nouvel environnement spatial, culturel, linguistique, et notamment dans l’apprentissage de nouveaux codes scolaires.

    En 2018/2019, l’Afev a ainsi pu accompagner près de 1 300 enfants nouvellement arrivés.

    Accompagner un enfant nouvellement arrivé

    Des actions dans les établissements scolaires

    Une centaine de volontaires en service civique de l’Afev interviennent « en résidence » dans des établissements scolaires, spécifiquement auprès de publics nouvellement arrivés, notamment en lien avec les enseignants des classes d’accueil (UPE2A). Leurs actions prennent la forme d’animation d’ateliers ludiques autour de la langue française, d’ateliers d’écriture, de débats, de sorties culturelles, de découverte de la ville et de ses structures ressources, etc. 1 500 enfants ou jeunes ont ainsi pu participer cette année à ces actions.

    Les colocations solidaires

    A partir de septembre, une première expérimentation sera menée de Kolocations à projets solidaires (Kaps), intégrant des personnes réfugiées. En partenariat avec France Horizon, une quinzaine de jeunes seront accueillis en colocation et s’engageront eux-mêmes dans des actions de solidarité en Occitanie. 

    Témoignage

    Adèle, à Nantes, accompagne Hélina, une jeune tchétchène

    « Je l’aide à apprendre le français et l’anglais et en contrepartie elle me fait découvrir son pays, sa culture.J’apprends énormément sur moi avec elle – c’est vraiment un échange fantastique. Elle a fait des progrès importants notamment en anglais. Ses notes s’améliorent mais, surtout, elle a gagné en confiance : maintenant elle parle en classe, elle n’a plus peur de poser des questions. Je suis vraiment heureuse quand je vois ses progrès.”

     

    * Délégation interministérielle à l’accueil et à l’intégration des réfugiés

    ** Délégation Interministérielle à l’Hébergement et à l’Accès au Logement

    LE MINISTERE DE LA CULTURE, UNIS-CITE ET L’AFEV MOBILISENT LE SERVICE CIVIQUE AU SERVICE DE L’EDUCATION AUX MEDIAS

    #SEMAINE PRESSE & MEDIAS DANS L’ECOLE #SPME2019 

    Ils s’appellent Raphaël, Amel et Safia, ils ont entre 18 et 25 ans, et sont volontaires en service civique à l’Afev et à Unis-Cité. Ils sont formés à l’« éducation aux médias et à l’information » (EMI), et animent des ateliers autour de cette question auprès des jeunes, mais aussi des moins jeunes. Leur mission ? Participer à faire des bibliothèques des tiers-lieux citoyens et être des relais de l’éducation aux médias sur le terrain.

    Depuis février 2019, sous l’impulsion et avec le soutien du ministère de la Culture, décryptage de l’information, réseaux sociaux et médias sont à l’honneur dans les bibliothèques, partout en France. L’Afev et Unis-Cité expérimentent un programme d’intervention de jeunes en Service Civique dans les bibliothèques autour de l’éducation aux médias. Ce programme mobilise 190 jeunes à temps plein pour 6 mois dans 91 bibliothèques de 64 villes.

    Ils en parlent

    « L’éducation aux médias et à l’information (EMI) est un sujet sur lequel nous n’avions pas le temps de travailler. L’intervention de volontaires nous a permis d’amorcer une dynamique sur ce sujet » une responsable de la bibliothèque Émilie Zola à Saint Pol/Mer

    « On se sent vraiment utile. Le programme est intéressant et stimulant autant que complexe et passionnant. » Florian, 22 ans, volontaire en Service Civique en Charente

    Former des cybercitoyens actifs

    Il apparaît que les jeunes volontaires en Service Civique sont de précieux promoteurs et formateurs de l’EMI. La « Semaine de la presse et des médias dans l’École » est l’occasion de réaffirmer  l’enjeu de  former les « cybercitoyens » actifs, éclairés et responsables de demain. Avec le ministère de la Culture, ces jeunes volontaires du Service Civique  montrent que les jeunes ne sont pas seulement des bénéficiaires, mais bien acteurs clef de l’éducation aux médias.

    A propos de l’Afev : Présente dans 350 quartiers, en lien avec 60 universités et plus de 900 établissementsscolaires, l’Afev mobilise aujourd’hui 8 000 jeunes par an. Chaque année, plus de 7 000 enfants sont accompagnés individuellement par un bénévole de l’Afev. C’est aujourd’hui le premier réseau en France et en Europe de mentorat éducatif étudiant et d’intervention directe auprès des familles des quartiers prioritaires de la Politique de la ville. www.afev.org

    A propos d’Unis-Cité : L’association Unis-Cité est née de la conviction qu’il devrait faire partie de l’éducation de tous nos jeunes de consacrer une étape de leur vie à servir la collectivité tout en faisant l’apprentissage du travail d’équipe dans la mixité sociale. Unis-Cité a inspiré et servi de modèle au lancement du Service Civique des jeunes en 2010. Présente dans plus de soixante villes en France, Unis-Cité a déjà mobilisé et accompagné 25 000 jeunes dont plus de 7 000 en 2018, dans un service civique « collectif », fondé sur la mixité sociale. Unis-Cité promeut l’idée que le Service Civique devrait devenir « universel », et faire partie du parcours de tous les jeunes en France. www.uniscite.fr – Twitter @uniscite – www.relais-service-civique.fr

    A propos du Service Civique : inspiré de l’expérience précurseur d’Unis-Cité et cherchant à donner une suite au service national suspendu en 1996, le service civique a été créé en 2010 pour favoriser la mixité sociale et développer une culture de l’engagement chez les jeunes en France. Volontaire, il propose aux jeunes de 16 à 25 ans de consacrer 6 à 12 mois de leur vie à des missions d’intérêt général au sein d’associations et services publics (solidarité, lutte contre l’exclusion, éducation, environnement, sport, culture…. Ils perçoivent une indemnité mensuelle (~582 €), bénéficient d’une couverture sociale, d’une formation citoyenne et d’un accompagnement pour préparer l’après service. www.service-civique.gouv.fr

    L’Afev inaugure le tiers-lieu Med’In, dédié aux parcours de réussite et à l’engagement, au cœur du campus à Nice

    Espace d’innovation sociale, situé au cœur du campus de l’Université Côté d’Azur, Med’In est dédié aux parcours de réussite et à l’engagement. Le tiers-lieu Med’In (pour Méditerranée Innovation) sera inauguré le mercredi 13 février 2019, à 18h.

    Pour vous inscrire à l’événement : CLIQUEZ ICI.

    Unique en France, Med’In est le fruit d’un partenariat fort avec l’Université Côte d’Azur. Cet espace de 175m² est situé au sein du campus de Saint-Jean-d’Angely à Nice, partagé avec le restaurant universitaire du CROUS. Ses fonctions sont multiples : développer l’engagement des jeunes, permettre l’échange de savoirs et de compétences, expérimenter de nouveaux usages, apprendre et se former autrement en agissant pour la réussite et l’insertion professionnelle des jeunes.

    Il s’agit d’un tiers-lieu, au carrefour de l’intervention et de l’innovation sociale, où pourront se rencontrer les jeunes accompagnés par l’Afev, les étudiants, des professionnels, d’autres associations et les habitants du quartier.

    Les champs d’actions de Med’In :

    • « Learning center » : un espace d’innovation sociale pour développer les actions au service des parcours de réussite, pour créer des passerelles entre le monde étudiant et les quartiers (accompagnements individuels, sorties collectives, ateliers, découverte du campus, etc.),
    • « Career center » : une plateforme pour favoriser l’orientation, la formation et l’insertion (accompagnement à la recherche de stage, intervention de professionnels pour présenter leur métier, rencontres entre étudiants et collégiens, etc.),
    • « Civic Center » : un tiers-lieu pour promouvoir l’engagement des jeunes (lieu ressources sur les différentes formes d’engagement, évènements, etc.).

    Ce projet est soutenu par L’Université Côte d’Azur, la Fondation Eiffage, la Région PACA et la Banque des Territoires.

    L’Afev de Nice, en chiffre :

    – L’Afev de Nice mobilise 200 jeunes par an pour mener des actions de solidarité (étudiants bénévoles et volontaires en service civique)

    – L’an dernier, l’Afev a mis en place 167 accompagnements individuels(des bénévoles accompagnent des jeunes deux heures par semaine, pendant un an)

    – L’an dernier, près de 800 jeunes ont été touchés par les actions de l’Afev

    www.afev.org

    www.democampus.org

     

    Communiqué de presse de l’Afev – 11 février 2019

    Merci aux 8 000 bénévoles et volontaires de l’Afev !

    Journée internationale des volontaires et des bénévoles :

    Le mercredi 5 décembre 2018, c’est la journée internationale des volontaires et des bénévoles. L’occasion de remercier les 8 000 jeunes bénévoles et volontaires de l’Afev pour leur engagement contre les inégalités !

    L’accompagnement individuel : un engagement bénévole tout au long de l’année

    Avec l’Afev, les étudiants s’engagent deux heures par semaine dans les quartiers pour accompagner individuellement des enfants ou des jeunes. Grâce à cet accompagnement sur-mesure, chaque bénévole soutient concrètement un enfant ou un jeune dans son parcours scolaire. Il l’aide à gagner confiance en soi et à construire son avenir.

    La parole aux jeunes, avec l’Observatoire de l’engagement des jeunes

    L’Observatoire de l’engagement des jeunes est une enquête annuelle menée par l’Afev qui vise à mettre en lumière la parole des jeunes sur leur engagement. En juillet 2018, avec l’institut CSA, l’Observatoire a interrogé un échantillon représentatif de 1 000 jeunes autour de la thématique de l’engagement. CLIQUEZ ICI pour télécharger les résultats de l’enquête.

    Les résultats de la prochaine enquête seront révélés en mars 2019 !

    L’Afev c’est quoi ?

    C’est avant tout 8 000 jeunes qui s’engagent partout en France :

    – Les bénévoles qui accompagnent les enfants ou les jeunes deux heures par semaine

    – Les volontaires en service civique

    – Les kolocataires solidaires

     

     

     

    Témoignages

    ZOOM SUR LES VISAGES DE L’AFEV 🔍 

    A la rencontre des afeviens et des afeviennes, jeunes volontaires à l’Afev.

    #1 « Je m’appelle Aminata, j’ai 25 ans et je viens de Vernouillet dans le 78. Mes passions dans la vie : la musique, la lecture et la bonne cuisine, d’ailleurs je suis la reine des lasagnes. Je me suis engagée à l’Afev en tant que volontaire en service civique car je connaissais déjà l’association : j’ai été bénévole il y a 5 ans et après un long séjour en Angleterre, j’ai voulu y retourner car j’adhère vraiment au projet. L’éducation est une chose vraiment importante à mes yeux, et venant moi même d’un quartier populaire, j’aurais aimé avoir un étudiant pour m’accompagner pendant ma scolarité pour m’aider à m’épanouir. Une anecdote sur moi? J’adore les blagues nulles et pas drôles ! »

    ——————————————————————

     

    #2 « Salut ! Je m’appelle Julien, j’ai 23 ans et je suis volontaire en service civique à l’Afev. J’ai été bénévole il y a deux ans avec un petit de Belleville qui s’appelait Tuna et j’en garde un super souvenir. c’est d’ailleurs cette expérience qui a conforté mon choix de faire un volontariat à l’Afev. J’ai décidé de m’engager car je souhaitais faire une pause dans mes études (ou y mettre fin, je ne sais pas encore!) et découvrir le monde du « social ». L’école et moi, on a jamais été de grands amis, je n’ai jamais su quoi faire mais peut être que cette année j’aurais un déclic ! Grand amateur de rap, il m’arrive d’écouter de la musique durant de longues heures. »

    ——————————————————————

     


    #3 « Je m’appelle Wenshuo. D’origine chinoise, je suis venue en France pour faire des études de philosophie il y a deux ans . La première fois qu’une volontaire de l’Afev m’a abordée, j’ai été touchée par l’enthousiasme et le dynamisme des personnes de cette association. Je suis passionnée par l’idée de solidarité et d’entraide. Je me soucie des conditions de vie des autres. Voilà pourquoi j’ai souhaité moi aussi m’engager en tant que volontaire à l’Afev, moi aussi j’ai envie de lutter contre les inégalités ! »

    ——————————————————————

     

     

     

    #4 « Je m’appelle Sacha, j’ai 23 ans et je viens de terminer une licence de biologie. J’ai décidé de prendre une année pour découvrir quelque-chose de plus concret que la fac, où je pourrais me rendre utile tout en apprenant davantage sur le milieu associatif, sur le travail dans le social et sur moi-même. C’est ainsi que je me suis engagé à l’Afev en tant que volontaire en résidence dans un lycée professionnel à Asnières-sur-Seine. Ce sera l’occasion de rencontrer pleins de gens d’horizons différents, d’être plus à l’aise dans le travail en groupe et de mener à bien divers projets avec des lycéens. »

    ——————————————————————

     

     

    #5 « Salut, moi c’est Naïs. J’ai 22 ans (bientôt 23) et j’ai grandi à Rambouillet dans le 78 avant de m’installer à Nanterre. Je suis en master 1 de psychologie à l’Université de Paris Nanterre. Mon accompagnement d’un an auprès d’une petite fille de 6 ans à l’Afev et mes expériences dans des chantiers bénévoles à l’étranger m’ont poussées à m’engager comme volontaire à l’Afev ! Passionnée de photographie et de littérature, j’espère transmettre mes passions tout au long de cette année et les mettre au profit de ma mission de volontaire ! Une petite anecdote sur moi : fière de mes racines bretonnes, je suis une adepte de la cuisine bretonne. »

     

     

     

    Photos et textes : AFEV 92 – Hauts de Seine

    www.facebook.com/afev.hautsdeseine

    « Démocratiser la réussite dans l’enseignement supérieur »

    Conférence-débat, le 26 juin 2018 à Paris 

    La massification de l’enseignement, réelle depuis le début des années 1980, n’a pas totalement réglé la question de la démocratisation de la réussite post bac. Choix de l’orientation en amont, capacité d’intégration et de réussite pendant les études, capacité d’engagement et de mobilité, insertion professionnelle ensuite, de nombreuses disparités de parcours sont encore constatées entre les étudiants selon leur origine sociale.

    Dans un contexte en forte mutation, avec les reformes du bac et l’évolution des conditions d’accès à l’université, l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Universités (ORSU) souhaite réfléchir à l’impact de ces réformes sur les questions des inégalités, l’évolution du rôle des institutions dans ce nouveau contexte et l’émergence des pratiques permettant, à chaque moment-clé du parcours étudiant, de favoriser une réelle démocratisation de la réussite dans l’enseignement supérieur.

    A l’instar de ce qui se pratique dans les pays anglo-saxons, l’ORSU propose de ne pas limiter la perspective aux années post bac, mais également de réfléchir aux logiques de parcours très en amont, dans une dynamique « aspirationnelle » (raising aspiration).

    Informations et inscriptions : www.orsu.fr

    Au programme :

    5 Ted Talks

    • Un exemple de programme national en Angleterre : Aimhigher
    • Un exemple de projet métropolitain à Barcelone : Prometeus.
    • La transformation digitale au service de la démocratisation des études post-secondaire
    • Adapter les offres de formation au regard des mutations du monde du travail et de l’émergence de nouveaux métiers
    • Renforcer l’engagement sociétal des établissements d’enseignement supérieur

     

    Une conférence contributive : Pourquoi accéder à l’enseignement supérieur dans un monde globalisé ?

    Une table ronde : 60% d’une génération diplômée de l’enseignement supérieur en France, est-ce possible ?

    Sous le haut patronage de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et sous la direction scientifique de Jules Donzelot, Sociologue indépendant et chercheur rattaché au CADIS.

    L’Afev salue le rapport « Vivre ensemble, vivre en grand – Pour une réconciliation nationale » présenté par Jean-Louis Borloo

    L’Afev salue le rapport « Vivre ensemble, vivre en grand – Pour une réconciliation nationale » présenté par Jean-Louis Borloo : son volontarisme et son ambition pour les quartiers populaires et ses habitants sont à souligner alors que l’urgence de maintenir, de renforcer, d’améliorer les politiques publiques et l’action des citoyens dans les quartiers populaires est plus forte que jamais. Dans ce contexte, ce rapport est une première étape, dont la dynamique devra impérativement s’incarner dans le réel.

    En tant qu’acteur impliqué au quotidien dans ces quartiers, l’Afev estime cette première étape réussie par, le spectre large d’interventions proposées et la reconnaissance du rôle difficile et décisif des associations et des intervenants sociaux. Elle peut constituer une véritable avancée dans la lutte contre la relégation de ces quartiers et contre les inégalités qui touchent leurs habitants.

    L’éducation occupe une place centrale dans ce plan, déclinée autour du concept de « cité éducative », qui en constitue un élément central. L’Afev qui œuvre depuis ses débuts à la mise en synergie des acteurs locaux (dans une logique de partenariat agissant) ne peut qu’approuver cette ambition. Pour porter ces fruits, aux côtés d’un service public de l’éducation renforcé dans les zones prioritaires,  il est indispensable de renforcer, les programmes de réussite éducative, favoriser et encourager le tutorat et le mentorat, mais aussi repenser et réinvestir les politiques d’aide à la parentalité. Il se dessine là un triptyque opérationnel propre à soutenir cette ambition éducative.

    Dans ce combat pour une démocratisation de la réussite scolaire et la création de territoires urbains plus apprenants et plus solidaires, les universités ont aussi un rôle central à jouer. La création dans de nombreuses universités de politiques de Responsabilité Sociale des Universités, doit véritablement être soutenue et encouragée, tout comme l’engagement étudiant ou la création de tiers-lieux dédiés au lien « université-quartier » dans les quartiers prioritaires.

    Enfin, la question de la participation des habitants et de la mixité sociale, qui était au cœur de la précédente réforme de la politique de la ville, doit rester un objectif prioritaire, et sous cet angle, beaucoup reste encore à faire. L’Afev travaille en premier lieu par un programme de colocation étudiante à projet solidaire. De nombreuses initiatives locales apportent aussi des réponses concrètes à ces questions complexes.

    L’Afev est bien sûr pleinement mobilisée pour réussir la mise en œuvre des orientations qui seront retenues, pour incarner une nouvelle page de cette si indispensable « politique de la ville » dont elle est née.

     

    Communiqué de presse Afev – 14 mai 2018

     

    Le mentorat en Europe et dans le Monde, une inspiration pour la politique de la ville en France

    Retour du European Mentoring Summit à Berlin

    A l’heure où la  France s’apprête à redéfinir sa politique de la ville, l’Europe Mentoring Summit,  a réuni à Berlin les 14, 15 et 16 mars une vraie communauté d’intérêt et d’action autour de la  notion de mentorat, une pratique émergente en Europe et dans le monde. Ces rencontres organisées par l’«European Center for Evidence Based mentoring » (Centre européen de mentorat basé sur la recherche), dont l’Afev France et l’Afev Catalogne sont membres, ont placé au cœur des échanges les questions d’impact social et de transformation digitale.

    Lors du colloque, l’intervention de Jean Rhodes, chercheuse de l’Université de Massachussets Boston, qui travaille depuis 30 ans sur le mentorat, a pointé les limites d’un mentorat se résumant à une simple mise en contact entre deux  personnes et défendu l’impératif de la formation et l’accompagnement des « mentors » pour mieux répondre aux besoins des « mentorés ».

    Si le mentorat recoupe des programmes différents en contenus et en organisation, cette approche individuelle au service des jeunes en fragilité représente un levier efficace pour lutter contre les inégalités, dans le domaine de l’éducation, de l’insertion, ou de la citoyenneté.

    L’afev, premier réseau de mentorat en Europe, appel à une synergie des acteurs Français

    Avec 7 000 binômes étudiant/enfant impliqués chaque année dans le cadre de son programme  d’«Accompagnement individuel*», l’Afev apparaît comme l’organisation la plus importante de mentorat en Europe.

    Pour l’Afev, le temps est venu pour une vraie convergence en France des acteurs du mentorat mettant en synergie leurs ressources et pratiques afin de faire du mentorat un des piliers structurants de la politique de la ville.

    « Notre conviction est que l’Accompagnement individuel de l’Afev est un outil triplement utile : il contribue à la sécurisation des parcours éducatifs des enfants et adolescents en fragilité, il est un outil d’appui aux parents qui sont des acteurs clef du dispositif et il constitue une expérience d’engagement forte pour les  jeunes étudiants qui découvrent des quartiers et des personnes qu’ils auraient eu peu de chance de croiser naturellement dans leurs parcours» précise Eunice Mangado Lunetta, directrice des programmes de l’Afev.

    Compte rendu, interview et vidéo de l’European Mentoring Summit sur www.lab-afev.org

    Dossier de presse 25 ans de l’Accompagnement individuel

    Photo : atelier animé par l’Afev France et l’Afev Catalogne au European Mentoring Summit / Communiqué de presse Afev – avril 2018