• AFEV
    26 BIS RUE CHÂTEAU LANDON
    75010 PARIS

  • facebook twitter dailymotion
  • presse
  • Evènement

    FOREJE, le Forum des Jeunes Engagés 2017

    Vendredi 8, samedi 9, et dimanche 10 décembre aux Grands Voisins – 82 avenue Denfert Rochereau 75014 PARIS

    Un an et demi après le Brexit, dans une Europe partagée entre la montée des nationalismes et une volonté de défendre une Europe unie dans la diversité, 8 mouvements jeunesse –  AFEV, Coexister, Empow’her, Kawaa, Les Petits Débrouillards, Simplon, Unis-Cité et Voxe.org – unissent leurs forces et donnent la parole aux jeunes de leurs réseaux.

    Au FOREJE (Forum des Jeunes Engagés), pendant 3 jours, 200 jeunes engagés (bénévoles ou volontaires en Service Civique) venus de toute la France, d’Espagne, de Pologne, de Belgique, du Danemark, de Tunisie, du Liban, et du Canada, échangeront, débattront, proposeront des solutions concrètes pour UNE EUROPE CITOYENNE.

    Dimanche matin, 4 décideurs viendront déconstruire un stéréotype sur l’Europe qui les agace puis, à l’issue d’une série de 3 workshops (samedi), les jeunes leur présenteront en live leurs idées :

    • Sylvie Guillaume, vice-présidente du parlement européen
    • Elsa Grangier, journaliste réalisatrice
    • Nora Hamadi, journaliste à Public Sénat
    • Yoann Kassi-Vivier, conseiller de Yannick Blanc, haut-commissaire à l’engagement civique

     

    Ces idées seront ensuite mises en ligne, débattues et enrichies sur l’application FOREJE puis soutenues par les structures organisatrices.

    Programme :

    Vendredi 8 décembre, 17h : Arrivée des jeunes et mot d’ouverture – en présence de Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation (sous réserve)

    Samedi 9 décembre, 9h30-18h30 : Workshops – 1. Défrichons 2.Proposons 3.Passons à l’action

    Dimanche 10 décembre : Les jeunes engagés proposent leurs idées aux décideurs

    A propos du FOREJE (Forum des Jeunes Engagés) :

    Le FOREJE (Forum des Jeunes Engagés) a une ambition claire : palier le déficit d’espaces de paroles des jeunes. Il propose ainsi une méthode, une démarche qui facilite l’expression et le débat sur des questions de fond, en toute liberté. Elle s’appuie sur des outils et des exercices qui permettent de :

    • s’informer,  comparer, et ainsi nourrir sa propre réflexion,
    • comprendre les codes et mécanismes de la décision politique,
    • débattre et d’exercer le débat contradictoire,
    • prendre la parole de manière efficace,
    • faire des propositions à même d’influencer des décisions politiques qui les concernent,
    • imaginer des actions à plus-value sociale que les jeunes pourraient mener près de chez eux, avec d’autres, dans une démarche glocale.

    Parce que la démocratie, c’est aussi de comprendre la manière dont se fabriquent les décisions, le Foreje est un espace commun de discussion, qui décrit ce qui se passe, et qui a pour effet de trouver des idées, des solutions pour mieux vivre ensemble en faisant ensemble.

    Plus d’informations sur www.foreje.org

    En partenariat avec : Erasmus + Jeunesse, Mairie de Paris, Ministère de l’Enseignement supérieur, CGET, Fonds MAIF pour l’éducation

    10e Journée du refus de l’échec scolaire

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Aujourd’hui, mardi 20 septembre se déroule la 10e Journée du Refus de l’Échec Scolaire (#JRES) sur le thème : le climat scolaire.

    Un grand débat public se déroulera cet après-midi au Pan Piper à Paris. Benjamin MOIGNARD, Maître de conférences à l’Université Paris-Est, est le parrain de cette 10e édition. Il participera au débat avec des acteurs de terrain, experts et chercheurs.

    Pour cette édition, l’Afev, en partenariat avec UNAF -Union nationale des associations familiales- et le cabinet d’études Trajectoires-Reflex a réalisé une enquête auprès de 447 jeunes, scolarisés dans des collèges de l’éducation prioritaire.

    Que nous disent les collégiens d’éducation prioritaire ?

    Qu’ils se sentent bien au collège pour 9/10. Ce chiffre positif est contre-intuitif par rapport à l’image dégradée des collèges en éducation prioritaire. Il ne doit ne doit pas cacher une réalité plus sombre :

    – Près de la moitie a été témoin d’actes d’humiliation ou de cruauté entre élèves

    – 40% ont occasionnellement été victimes de moqueries et d’insultes

    – 20% de violences physiques

    Et si 75% des interrogés disent avoir de bonnes relations avec leurs enseignants, seulement 1/2 parle à un adulte en cas de victimation directe.

    Le climat de classe en éducation prioritaire est compliqué, les jeunes l’attestent : 58% des élèves déclarent que les professeurs ont du mal à faire cours à cause de problème de discipline et ils sont 38 % à se déclarer gênés par ces perturbations.

    Enfin, les collégiens ont un sentiment d’injustice scolaire : 70% pensent que tous les collégiens ne sont pas traités de la même manière et 42% disent déjà avoir reçu une sanction injustifiée.

    Quand on leur demande ce qu’ils souhaiteraient changer au collège, les élèves d’éducation prioritaire plaident pour des rapports moins violents entre pairs, un climat de classe plus serein par une autorité réaffirmée des enseignants mais aussi plus de justice scolaire.

    Le regard des collégiens est lucide et pose la question du climat scolaire comme un indispensable à la réussite scolaire et un marqueur fort de la question des inégalités de notre système éducatif.

    Pour tout savoir sur la Journée : refusechecscolaire.org

    VIDEOS

    François Taddeï, chercheur, directeur du CRI, Centre de recherches interdisciplinaires : Le combat de l’Afev contre l’échec scolaire est toujours d’actualité

    Christophe Paris, directeur général de l’Afev – 10 ans de refus de l’échec scolaire !

    Eunice Mangado-Lunetta, directrice des programmes de l’Afev – L’importance du climat scolaire !

    Eunice Mangado-Lunetta, directrice des programmes de l’Afev – C’est quoi le climat scolaire ?

    Les propositions de l’Afev pour de nouvelles politiques de vie étudiante

    L’Afev a contribué à la concertation sur le plan national vie étudiante, dont les conclusions ont été remises le lundi 6 juillet 2015 à la Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.   Pourquoi un plan national de vie étudiante (PNVE) ? Avec 65 000 étudiants supplémentaires cette année, l’université française renoue avec l’attractivité. Mais face au choc démographique, relever le défi de la réussite étudiante pour tous reste un enjeu majeur. Transversales, les consultations du Plan national de vie étudiante (PNVE) ont réuni les différents acteurs de l’enseignement supérieur – CNOUS, conférences d’établissements (CPU, CGE, CEDEFI), associations, représentants des collectivités, ministères… – autour de quatre grands objectifs :
    • Simplifier les démarches et renforcer l’accès au droit
    • Améliorer les conditions de vie et d’études
    • Améliorer la santé des étudiants
    • Dynamiser la vie de campus et l’engagement des étudiants
      Que prévoit ce plan ? Jeudi 1er octobre 2015 à Paris, François Hollande détaillait les 35 mesures du PNVE pour simplifier les démarches administratives et améliorer la vie quotidienne des étudiants. Il s’agit pour certaines d’une réaffirmation de politiques déjà engagées, en cours d’application ou annoncées, tel le droit à l’année de césure qui entre en vigueur en cette rentrée, ou la simplification des démarches des étudiants étrangers, actuellement en discussion au Parlement, avec notamment la création des visas pluri-annuels.   Quelles sont les propositions de l’Afev ? L’Afev y a contribué en rappelant son ambition de penser de nouvelles politiques de vie étudiante s’appuyant sur l’engagement et la responsabilité sociale et sociétale des universités, et se félicite que ses propositions figurent dans les conclusions de ce rapport. FAVORISER L’ENGAGEMENT DES ETUDIANTS, 3 mesures phares Mesure 31 : Valoriser et reconnaître dans les formations l’engagement étudiant et la pratique d’activités sportives, artistiques ou culturelles ; Mesure 32 : Faciliter les parcours, la reconnaissance et la protection des étudiants qui s’engagent ; Mesure 33 : Développer le service civique dans l’enseignement supérieur « Dans la perspective d’une société apprenante, les campus de demain devront être plus ouverts sur les territoires et favoriser l’engagement des étudiants. L’engagement participe non seulement à favoriser l’intégration et la réussite des étudiants mais rejaillit aussi de manière plus globale sur la société. » souligne Elise Renaudin, directrice déléguée de l’Afev dans un communiqué.